Agrandir Diminuer Imprimer la page  
 

La position scientifique de la France dans le monde, 2000-2015

 

Rapport PSF

ENTRE 2000 et 2015, LES DIFFÉRENTES FACETTES DE LA POSITION SCIENTIFIQUE DE LA FRANCE SONT RELATIVEMENT STABLES DANS UN CONTEXTE MONDIAL EN FORTE EVOLUTION

Le Hcéres publie sa première analyse du positionnement scientifique de la France dans le monde. Ce rapport s’appuie sur des données sur les publications scientifiques et sur les lauréats des prix Nobel et des prix en mathématiques. Évolution des publications scientifiques des 20 premiers producteurs et de leur impact ; profil disciplinaire de la France et ses partenaires de co-publications ; analyse de la discipline mathématiques : ce sont quelques-uns des thèmes étudiés par l’Observatoire des sciences et techniques, département du Hcéres.

Lors de la présentation à la presse de La position scientifique de la France dans le monde, 2000-2015, Michel Cosnard, président du Hcéres et Frédérique Sachwald, directrice de l’OST ont souligné 6 enseignements à retenir :

  • la France, 5e pays publiant le plus en 2000, est le 7e en 2015, derrière l’Inde depuis 2014 ;
  • parmi les 20 premiers producteurs, la France est au 8e rang pour l’impact moyen de ses publications scientifiques ; parmi les pays publiant plus de 10 000 publications, la France est au 11e rang pour la proportion de ses publications dans le centile des plus citées ;
  • le rang de la France pour l’impact de ses publications scientifiques est ainsi comparable à son rang dans différents classements en matière d’innovation ;
  • la forte dynamique des publications chinoises influence la composition des publications mondiales par discipline et donc le profil disciplinaire de différents pays ;
  • les lauréats français des prix Nobel et des prix en mathématiques sont moins internationalement mobiles que ceux d’autres pays européens, d’Israël ou du Japon ;
  • la France est fortement spécialisée en mathématiques et ses performances d’ensemble dans la discipline reposent sur le domaine des mathématiques fondamentales.

Frédérique Sachwald ajoute « qu’il s’agit de la première analyse française de ce type depuis 2010. Opérant un traitement approfondi des données nationales, elle va au-delà des études bibliométriques étrangères citant la France. Ce rapport complète deux types de classements : ceux des universités en fonction de leur performance en recherche et ceux construisant des indicateurs synthétiques d’innovation. De nombreux domaines restent à approfondir pour mieux comprendre le positionnement scientifique de la France et son évolution ».

En conclusion, Michel Cosnard annonce que « le Hcéres souhaite désormais s’investir dans la production régulière de notes d’analyse reposant sur des données, notamment bibliométriques. Ce rapport est le premier opus d’une collection. Chaque année, paraîtra une analyse sur le positionnement scientifique de la France dans une discipline ».